07/02/2007

A l'ombre d'un vignoble...

medium_omar.jpg

 "Ô mes compagnons libres penseurs ! Quand je serai mort lavez mon corps avec un vin des plus rouges. A l'ombre d'un vignoble, creusez-moi une tombe !" Omar Khayyâm

 

Patrick Val, directeur de publication de l'hebdomadaire 'Charlie Hebdo', aurait-il pu être convié à un banquet par Omar Khayyâm ? Ce dernier, mathématicien et astronome persan des XIème et XIIème siècles, également philosophe et poète, faisait preuve de distance avec sa religion, prônait une conception épicurienne de la vie et était pour le moins oenophile !! Si les agnostiques occidentaux insistent sur sa critique du fait religieux et le 'libertinage' auquel il se serait livré, des commentateurs musulmans voient tout au contraire dans son oeuvre (une série de quatrains dont beaucoup sont contestés) une forme de mysticisme proche du soufisme...


Et certains de ces quatrains sentent pour le moins le souffre ! Jugez plutôt : "Au printemps, je vais quelquefois m'asseoir à la lisière d'un champ fleuri. Lorsqu'une belle jeune fille m'apporte une coupe de vin, je ne pense guère à mon salut. Si j'avais cette préoccupation, je vaudrais moins qu'un chien." ou encore : "Seigneur, ô Seigneur, répond-nous ! Tu nous as donné des yeux, et tu as permis que la beauté de tes créatures nous éblouisse. Tu nous as donné la faculté d'être heureux, et tu voudrais que nous renoncions à jouir des bien de ce monde ! Mais cela nous est aussi impossible que de renverser une coupe sans répandre le vin qu'elle contient."

Il est vrai que l'enjeu est de taille et certains de ces quatrains ont été censurés par le régime actuel iranien qui n'apprécie pas cette vision "libérale" de l'islam. Pour l'instant Patrick Val, en attendant de lever son verre à la santé d'Omar Khayyâm, doit répondre devant un tribunal d'injures publiques envers un groupe de personnes en raison de leur appartenance à une religion, pour la publication du numéro spécial publié en février dernier qui revenait longuement sur l'affaire des caricatures de Mahomet... La plainte déposée par l'UOIF et la grande mosquée de Paris est motivée par "l'attitude violente, et assumée comme telle, consistant à dénigrer les symboles de notre foi" !!... Il est vrai que les caricatures tant du journal danois à l'origine de la première 'affaire', que de 'Charlie Hebdo' sont d'une violence inouïe, d'une violence telle qu'elles justifient des émeutes, de brûler des ambassades et d'assassiner des personnes !! Enfin, je suis assez du sentiment de Patrick Val pour qualifier ce procès de procès médiéval... Le simple fait qu'il ait lieu et que l'on ait pu retenir les motifs invoqués me semble être une victoire des intégristes... Intégriste est un terme qui nous vient de l'espagnol et qui fait référence à une période pour le moins 'sombre' de l'histoire de l'Espagne et du catholicisme... Le parallèle n'est pas sans fondement, car le tribunal de l'Inquisition visait avant tout les croyants auxquels il inspirait assez de crainte pour les maintenir dans le 'dogme' et s'assurer de leur intégrité / fidélité... On voit bien à travers cette plainte ce qui est visé : il ne s'agit pas tant du respect d'une religion, que de la volonté du religieux de faire plier le politique, d'écorner un peu plus le principe de laïcité et de permettre aux 'intègres' de renforcer un peu plus leur pouvoir sur ceux qui seraient tentés de prendre quelques libertés avec les 'dogmes'... J'avoue mon trouble face à un tel motif : 'injures publiques envers un groupe de personnes en raison de leur appartenance à une religion' car ce que j'ai retenu tant dans le numéro incriminé de 'Charlie Hebdo' que dans celui du 'Canard Enchaîné', devenu pour un jour 'journal satanique', c'est une critique des dogmes religieux, des dérives et des violences qu'ils entrainent, la dénonciation de la 'charia' en tant qu'elle superpose sphère privée et sphère publique, mélange le politique et le droit avec la croyance... en fait, je pense que l'on devrait également faire le procès de Voltaire et que les plus hautes instance de notre République devraient exiger que ses cendres soit tranférées sur le champ du Panthéon à la prison de la Santé !! Il convient également de noter que Voltaire comme Omar Khayyâm était un oenophile et ne devait pas plus que lui résister aux charmes d'une belle jeune fille versant à boire !! Quoiqu'il ne fût pas dupe longtemps du charme des 'filles d'honneur belles et bien faites' de la Cour de Frédéric de Prusse...

 

 

medium_CharlieH.jpg

 

 

Comme Patrick Besson proposait à Chabalier, Kopp & Co de 'caviarder' une bonne partie de la Bible, je suggérerais aux juges de prononcer des sentences équivalentes à l'égard de certaines oeuvres suspectes qui constituaient jusqu'à présent des 'piliers' de notre République... D'abord l'Article 'Christianisme' de L'Encyclopédie (qu'il est urgent de censurer car il est susceptible d'être enseigné en classes de première et de terminale) : "le fanatisme est une peste qui reproduit de temps en temps des germes capables d'infecter la terre". Ce constat est, pour qui connaît un temps soit peu l'histoire, indiscutable... et une fois le diagnostic posé il faut proposer des remèdes... La tolérance en est un, qui n'exclu pas, bien au contraire, la critique, voire la satire... Le fanatisme est un mal si grand, qu'il réclame une thérapie complexe, car dans le fait religieux, il y a le dogme, la parole de Dieu révélée qui, si elle n'est pas remise à sa place, voudra immanquablement prendre celle qui lui revient de 'droit' canon : la première... Qu'elle cherchera à (re)prendre par tous les moyens, y compris par la terreur et les canons... Aussi, trouvez cette religion qui 'prescrivant au coeur une morale pure, ne commanderait point à l'esprit une créance aveugle des dogmes qu'il ne comprend pas', et qui 'ne sera ni fanatique ni enthousiaste', et encore qui 'ne portera point dans sa patrie le fer et la flamme', et enfin qui 'ne prendra point le couteau sur l'autel pour faire des victimes de ceux qui refuseront de penser comme lui'... Et oui, cherchez bien dans notre histoire et dans les exemples contemporains, s'il existe une religion qui ne soit pas souillée et qui n'ait point commis quelque crime au nom de Dieu !! En Occident le fanatisme de la religion dominante et l'Infâme ont perdu de leur nocivité et il ne faudrait pas qu'une autre vienne prendre le relais !! Les caméras de vidéo-surveillance, les notes des RG, les fichiers informatiques font craindre pour les libertés individuelles et publiques... depuis quand l'Infâme ne fait-il plus courrir de risques à ces mêmes libertés ? Car il y a toujours au sein du fait religieux, la référence à Dieu, à l'Absolu... et en germes les justificatifs du fanatisme (1). Enfin, et pour faire bonne mesure, je ne saurais que trop vous conseiller de relire deux grandes pièces du théâtre de Molière qui dénoncent l'hypocrisie et l'imposture des faux dévôts et des faux athées en deux portraits magnifiques : Le Tartuffe et Dom Juan. Le lien avec ce qui précède ?? C'est qu'en l'occurence, rien n'est plus difficile à prouver que la sincérité ou l'imposture en matière religieuse et par conséquent que se sentir 'profondément outré' par des critiques ou des caricatures envers les symboles de sa foi me semble un motif bien ténu pour intenter un procès... à moins de prouver que Dieu est de son côté... mais peut-on raisonnablement le faire témoigner dans la cour de justice d'une République laïque ??

Enfin, je préfère laisser 'les raisins secs' aux théologiens et 'savourer le jus de la grappe' avec Omar Khayyâm en compagnie d'autres 'grandes âmes' : Socrate, Augustin, Averroes, Rabelais, Montaigne, Voltaire, Kant... et Alain qui disait : 'il n'y a de véritable saint que celui qui peut se passer de dieu'... Le tout dans un cadre bucolique, à l'ombre d'un vignoble...

 

 

medium_canard.jpg

 

 

Addendum : (1) le fanatisme n'est pas l'apanage des religions, pas plus que le bellicisme et pour être tout à fait exact il faut convenir qu'il existe une forme de 'religion' d'Etat qui est une forme pervertie du nationalisme et lorsque les deux convergent... !! On a tué et on tue encore au nom du 'peuple' ou de la 'nation', les pacifistes du XVIII° siècle voyaient dans un gouvernement démocratique une garantie pour assurer la paix... Malheureusement les siècles suivants n'ont pas 'confirmé' leurs souhaits. Enfin, le XX° siècle nous laissera la dramatique et douloureuse démonstration de l'oeuvre destructrice de l'idéologie en 'rouge' et 'noir'...

Une dernière précision, puisque tout cela revenait à critiquer les intégristes et ceux qui se font 'sauter' avec d'autres innocents, qui était 'révélée' par 'Le Canard enchaîné' du 8 fevrier 2006 : "un très savant exégète allemand , Christoph Luxenberg, spécialiste du vocabulaire arabo-syriaque, prétend que l'histoire des 70 vierges promises aux combattants morts pour Allah serait une erreur de traduction. Il s'agirait peut-être de 70 grains de raisin !"

Commentaires

Très bon texte, toujours "actuel" - c'est bien, que vous avez repris "la plume" cette année - et vive Omar Khayyâm et les philosophes éclairés de tous les pays!

Écrit par : Iris | 07/02/2007

Écrire un commentaire